VOTRE SECURITE NOTRE METIER

L'extincteur pourquoi et comment ?

  Le triangle du feu

Permet de mémoriser facilement les conditions d’apparition et de maintien dans le temps d’un feu.

La chaleur produite par la combustion vaporise la matière des surfaces; cette vapeur s’enflamme à son tour grâce à la présence d’oxygène.

Supprimer le combustible OU l’oxygène OU la chaleur revient à ôter toute possibilité au feu de prendre naissance et/ou de perdurer.

Si l’un de ces éléments est absent, alors le feu ne peut pas se produire ou ne plus exister…
C’est pourquoi on utilise le triangle du feu: Supprimez un seul élément et le feu n’existe plus..

 

  

Pour exister, le feu a besoin de trois éléments :

La norme AFNOR NF EN 2 distingue cinq classes de feu : 

 
 
 
 OU
 
 
Le comburant est l’autre réactif de la réaction chimique.
 

La plupart du temps, il s’agit de l’air ambiant, et plus particulièrement de l’un de ses composants principaux, le dioxygéne.

En privant un feu d’air, on l’éteint ;
 
Par exemple : si on place une bougie chauffe-plat allumée dans un bocal de confiture et qu’on ferme le bocal, la flamme s’éteint ; à l’inverse, si l’on souffle sur un feu de bois, cela l’active (on apporte plus d’air).
 
Dans certains chalumeaux, on apporte du dioxygène pur pour améliorer la combustion.
 
 
 OU
 
Le plus souvent, la réaction est déclenchée par une énergie d’activation.

Il s’agit généralement de chaleur.

Par exemple : ce sera l’allumette que l’on frotte, le câble électrique qui chauffe, ou une autre flamme (propagation du feu), étincelle (de l’allume-gaz, de la pierre du briquet ou d’un appareil électrique qui se met en route ou s’arrête).

Mais il y a d’autres façons de fournir l’énergie d’activation : électricité, radiation, pression… qui permettront toujours une augmentation de la température.

La production de chaleur permet à la réaction de s’auto entretenir dans la plupart des cas, voire de s'amplifier en une réaction enchaîne.

La température à partir de laquelle un liquide émet suffisamment de vapeurs pour former avec l'air un mélange inflammable dont la combustion peut s'entretenir d'elle-même est appelée point d’inflammation.